Rubriques du mag

Sanglier en battue : lequel tirer ?

D
ans de nombreux départements, les recommandations de réduction des cheptels de sangliers s’imposent. Ce n’est pas une raison pour tirer n’importe comment et n’importe quoi. Mâle ou femelle, jeunes ou adultes, quelque soit la situation nous vous aidons à identifier la classe du sanglier au saut de l’allée.

À chaque équipe de chasse ses consignes plus ou moins drastiques. Pour bien les appliquer et ne pas risquer un mauvais tir, le chasseur au poste doit apprendre à se concentrer. Fini le portable dans la poche, il faut bien suivre à l’oreille l’évolution de la traque, et surtout s’obliger à observer finement et rapidement toutes les bêtes noires qui se présentent, avant de tirer sur ces animaux, ou de s’abstenir.

Ci-dessous, une liste illustrée non exhaustive de situations que vous avez sans doute déjà rencontrées ou qui pourraient vous arriver :

  1. Un petit train dans la forêt

Une compagnie se dérobe en bon ordre dans la traque. Ouvrant la marche la laie meneuse ; suivent une laie subalterne et enfin des bêtes rousses. Nous vous recommandons de tirer en queue de peloton.

  1. Les grands garçons derrière

En période de rut (novembre à janvier), on observe souvent un gros mâle dans une compagnie. En principe, il passe dans les derniers comme sur cette photo ! L’occasion est trop belle, préférez le gros du fond de la classe.

  1. Difficile théorie du genre

Attention avec la laie ! De petits grès et défenses sont souvent visibles quand elle est adulte et âgée. La silhouette paraît plus longiligne que celle d’un mâle, et on ne voit pas de suites*, mais un soupçon de vulve… Un animal à épargner là où les populations ne sont pas en surnombre.

  1. Feu à volonté

En novembre, voyez ces belles bêtes rousses arrivées à terme par demi-douzaine ! De beaux tirs à réaliser, sans hésitation !

  1. Masque de boue pour mâle

La cuirasse de boue est bien visible sur les flancs. C’est souvent le cas chez un gros mâle. Deuxième indice : les suites proéminentes en automne et en hiver. Une si belle occasion, ça n’arrive pas tous les jours : on tire !

  1. Le juste poids

Une bête de compagnie d’une soixantaine de kilos. À cet âge, on peine à identifier le sexe. Mais est-ce bien utile ? Un animal à tirer les yeux fermés (ou presque).

  1. Le dilemme

Un ventre bien arrondi ! Sans doute une laie en gestation. À chacun de prendre ses responsabilités de chasseur ou de suivre les consignes de tir. À bon entendeur…

  1. Le saut du mâle

Suites très visibles. Grès et défenses aussi. Tout le poids vers l’avant. Un beau mâle à chasser sans modération !

  1. Laisser les laies vivre

Une grosse laie arrive seule dans la plaine. Elle a laissé ses marcassins en sécurité en forêt. Les tétines sont bien visibles. Le chasseur respectueux ne tire pas !

Le sanglier est un superbe animal intelligent et courageux. Chassons-le avec respect et dignité.

* testicules du sanglier